• « Je suis arrivée à la Maison de Connivence en colère dans la tempête de neige. Vous m'avez accueillie avec respect. Maintenant, c'est le printemps, la vie se réveille tout comme moi. Je me sens vivante et c'Est une nouvelle vie. J'ai appris de vous... Merci milles fois ! »Marie-Claude

Teste tes connaissances : Vrai ou Faux

Nous avons tous développé des croyances liées à notre éducation, notre milieu ou nos expériences personnelles. Et, tout au long de notre vie, nous côtoyons des gens qui nous transmettent différentes valeurs, pensées ou idées. Certaines sont vraies, d'autres non.

Le test qui suit te permettra d'élargir ta vision et de cibler les principaux mythes et préjugés qui peuvent fausser notre compréhension de la violence conjugale. Réponds aux questions et compare tes réponses aux nôtres.


  • Vrai   Faux
  • L’homme violent a toujours le même profil : il est tatoué, macho, bien bâti, peu scolarisé.
  • Je suis une femme équilibrée, saine d’esprit et intelligente, il est donc impossible qu’un jour je puisse vivre de la violence conjugale.
  • Mon conjoint est violent, mais ce n’est pas de sa faute, il a lui-même été violenté dans sa jeunesse.
  • La violence conjugale touche surtout les gens défavorisés.
  • La violence psychologique peut faire plus mal que la violence physique.
  • Les cas de violence conjugale ont beaucoup augmenté au Québec dans les 10 dernières années.
  • Mon conjoint m’a frappée pour la première fois : ce n’est pas de sa faute, il a complètement perdu le contrôle sur lui-même.
  • La consommation d’alcool et de drogues n’est pas considérée comme une cause de la violence conjugale.
  • La plupart des femmes qui sont victimes de violence conjugale ont provoqué leur conjoint.
  • Les hommes qui ont un diplôme d’études supérieures, par exemple les médecins, les avocats, les comptables ou encore les ingénieurs, sont à l’abri des comportements violents.
  • La violence conjugale fait partie de la vie privée des gens; elle ne regarde que le couple.
Plan du site Plan du site